Le chômage touche de plein fouet la jeunesse africaine. Avec chaque année, près de 10 millions de jeunes arrivant sur le marché du travail, la tendance n’est pas prête à s’inverser. Pourtant, les nouvelles technologies sont porteuses d’espoir car créatrices d’emplois en Afrique. La start-up isahit l’a bien compris et a lancé une plateforme pour faire travailler les jeunes de manière éthique.

 

Lancée officiellement en décembre 2016, isahit est une plateforme de « jobbing » : des internautes effectuent des tâches en ligne et se font rémunérer pour ce travail. La particularité d’isahit est son approche responsable et éthique. En effet, son objectif est de contribuer à lutter contre la pauvreté et les inégalités sociales, en offrant des emplois aux personnes défavorisées. Ainsi, la start-up a commencé à s’implanter dans 5 pays d’Afrique francophone : la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Sénégal, le Burkina Faso et le Congo.

Concrètement, isahit permet à des entreprises de sous-traiter et d’externaliser certaines tâches, réalisables de manière digitale : traitement de données (comme par exemple la saisie de notes de frais ou encore l’archivage de mails), gestion de contenus (modération de vidéos ou de commentaires sur un site), analyse des données (catégorisation de photos pour un catalogue, classement de factures…). Cette plateforme innovante intègre des composants d’Intelligence Artificielle, qui traitent ces tâches et les découpent, afin de les distribuer aux travailleurs sous forme de micro-tâches. Cela permet aussi de faciliter le travail pour les travailleurs.
Aujourd’hui encore, malgré la sophistication des algorithmes, certains travaux ne peuvent être effectués sans intervention humaine, d’où la nécessité de recourir aux hiters, appellation qui désigne la communauté de personnes travaillant sur la plateforme. Le travail des hiters est flexible, réalisable sur un téléphone mobile ou une tablette, et n’exige pas d’avoir de grosses qualifications. Pour ainsi dire, la seule condition est de savoir lire, écrire et d’être capable de manier l’outil digital…

 

Lire l’article en entier sur Djouman.com

Auteur: Maureen Kakou